Entretenir le patrimoine communal

CSC étayé 21.04.19.jpg

Tribune publiée dans le dammartinfos de mars 2019

Normalement l’objectif d’une majorité municipale est de réaliser des travaux d’entretien préventif dans les bâtiments communaux chaque année. Force est de constater que le maire et son équipe n’ont pas voulu, ou non pas pu réaliser assez de travaux dans les bâtiments communaux depuis le début de leur mandat, certainement contraints par les résultats financiers qui n’ont pas cessés de se dégrader à cause de l’explosion de la masse salariale de 1 315 807 €, soit + 29 %, de 2013 à 2017.

Cinq ans après avoir été élus, le maire et les rescapés de son équipe passent leurs journées à dénigrer leurs prédécesseurs pour ne pas avoir à se justifier de leur inaction et de leur incompétence ! La ficelle est trop grosse à un an de la fin de leur mandat. Non seulement les prédécesseurs ont entretenu le patrimoine communal mais la plupart des équipements publics en service ont été construits les trente dernières années.

Tags: 

Motion – Non à la privatisation d’Aéroports de Paris

Stéphane JABUT à fait voter à l'unanimité au Conseil municipal de Dammartin-en-Goële du 19 février 2019, au nom du groupe de l'opposition, la motion ci-dessous contre la privatisation d'ADP.

Pour signer et  partager la pétition contre cette privatisation !!! -> CHANGE.ORG

MOTION-ADP.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Motion – Non à la privatisation d’Aéroports de Paris

Logistique à tout prix !

Tribune publiée dans le dammartinfos de janvier 2019

Parc-logistique-Gazeley-12.02.19.pngNous avons découvert fin 2015 dans la presse que la société Gazeley souhaitait développer un parc logistique de 73000 m² à Dammartin suite à l'acquisition des 15,7 hectares prévus pour l’agrandissement de la zone d’activités des près boucher.

Cette zone a été lancée il y a bien longtemps quand il n’y avait aucune péréquation des retombées économiques de la zone aéroportuaire et que toutes les communes avoisinantes développaient des zones d’activités pour générer des nouvelles recettes fiscales et créer des emplois. Le périmètre actuel de la Communauté d’agglomération que nous avons porté, alors que le maire actuel s’y opposait, permet aujourd’hui à notre ville de bénéficier du développement économique de la zone aéroportuaire grâce à une dotation de solidarité communautaire. Ce nouveau contexte aurait dû être l’occasion de revoir l’aménagement de notre territoire afin d’éviter la multiplication et le mitage des zones logistiques. Que nenni ! Le maire qui était contre la logistique par démagogie et électoralisme quand il était dans l’opposition a signé un premier permis de construire pour un bâtiment de logistique de 24000 m² ! Les travaux ont débuté… Il n’y aura aucune création d’emplois locaux car c’est une entreprise de Mitry-Mory qui vient s’installer, mais surtout le permis autorise deux entrées pour ce bâtiment sur la route d’Ève alors que nous avions prévu toutes les entrées de cette nouvelle zone sur une route en prolongement de la rue Clément Ader après la construction d’un second rond-point à la sortie de la N2 pour éviter que les camions circulent sur la CD 13.

Parc-logistique-Gazeley-12.02.19 3.png

Quant à la participation financière pour la réhabilitation de la rue Clément Ader et la limitation de la logistique à 20% de la surface exploitée que nous avions négociées avec l’ancien propriétaire du terrain : aucune information du maire. Une chose est sûre, nous n’aurions jamais autorisé ce premier permis de construire !

Je vous souhaite, avec les élu(e)s de l’opposition, mes meilleurs vœux pour l’année 2019.

 

Tags: 

Pôle de santé bien mal engagé

Tribune publiée dans le dammartinfos de novembre 2018

Pole-sante.pngNous avons lancé, lorsque nous étions en responsabilité, l’aménagement municipal d’une zone de services et de santé à côté du complexe sportif Jesse-Owens pour éviter le départ du radiologue, installer le notaire, créer des emplois, augmenter l’offre des médecins généralistes et des professionnels de santé, et garder une parcelle pour un équipement public.

En 2016, sans aucune étude financière sérieuse l’actuelle majorité a emprunté 3 671 000 euros sur 20 ans pour construire un pôle de santé pluridisciplinaire dans cette zone. Notre groupe avait voté contre cet emprunt et nous avions dénoncé la précipitation et le manque de préparation de ce projet. Deux ans après, les faits nous donnent raison. Le budget explose, le début des travaux est retardé, et pour le moment ce sont les Dammartinois(e)s qui payent !

Le maire a proposé lors du Conseil de septembre un nouveau budget d’investissement de 4 156 345,47 euros, soit environ 500 000 euros de plus qu’en 2016 avec seulement 800 000 euros de subventions. Pire encore, il a proposé, certainement sous la pression de nos créanciers et des mauvais résultats financiers de 2017, de restructurer la dette de ce budget au détriment de notre ville : allongement du prêt de 5 ans et augmentation du taux de 0.82 % à 1.93 %. Notre groupe a voté contre ces deux propositions d’autant plus que depuis 2016 190 096.28 euros ont été ponctionnés dans le budget principal pour payer les intérêts de la dette de ce budget annexe alors que les travaux n’ont même pas débuté. Et cela va perdurer puisque le pôle de santé ne pourra pas être ouvert avant fin 2019 et qu’il n’y aura donc aucune recette, aucun loyer pour équilibrer le budget annexe de fonctionnement 2019, et amortir le terrain.  

Ce pôle de santé est bien mal engagé. Il risque de nous coûter très cher et de ne pas atteindre l’un des objectifs que nous nous étions fixés lorsque nous avions lancé cette zone de services et de santé : augmenter l’offre des médecins généralistes et des professionnels de santé dans notre ville, qu’ils soient libéraux ou salariés !

Tags: 

Chronique d’une majorité en pleine déliquescence

Tribune publiée dans le dammartinfos de septembre 2018

Quatre ans après leur élection la majorité municipale est en pleine déliquescence ! Ils ne sont plus que 21 à siéger au Conseil municipal sur les 23 élus de la liste initiale de 29 (huit démissions et deux postes vacants). Lors du dernier Conseil du 28 juin ils n’étaient que 11 sur 21. Quatre élus n’avaient même pas donné de pouvoirs. Sans la présence de notre groupe le quorum n’était même pas atteint et le Conseil aurait pu ne pas avoir lieu ! Nous avons préféré siéger pour que le Conseil se déroule normalement et que les Dammartinois(e)s ne soient pas pénalisé(e)s par la désinvolture et le manque de sérieux du groupe majoritaire. Lors de ce Conseil, le maire a confirmé le départ précipité du D.G.S (Directeur Général des Services) alors qu’il était censé finir le mandat, et la motion contre la fermeture de la 8ème classe de l’école élémentaire de l’Eau Bonne n’était même pas prête alors que nous avions abordé le sujet quelques jours auparavant lors de la manifestation devant l’école.

Le départ prématuré du D.G.S en dit long sur les tensions et la gestion déplorable de notre ville. Les mauvais résultats financiers de 2017, les problèmes de management, la mauvaise gestion des ressources humaines et le manque de vision engendrent une démotivation et un mécontentement de certains agents. Ils ne sont pas à incriminer… Comment pourrait-il en être autrement lorsque sur la période estivale l’improvisation, les annulations et le manque de moyens humains et financiers impactent leur travail (Peu de moyens pour Dammartin en fête, la propreté, la voirie et les espaces verts, plus de barbecue participatif et de projection de film en plein air, pas de retransmissions des matchs de l’équipe de France de football lors du mondial, pas de voyages organisés pour les familles au Centre Social et Culturel…). Au lieu de dénigrer sans cesse l’opposition et l’équipe précédente, l’actuelle majorité devrait plutôt agir pour notre ville. Les agents font ce qu’ils peuvent mais force est de constater que le cadre de vie, le scolaire, la jeunesse, les familles, le sport et la culture ne sont pas les priorités du Maire et du groupe majoritaire…

 

Pages